L'Ecole Totem :: Faites place à... MOI !
   
  FAQ Rechercher Membres Groupes Profil S’enregistrer Connexion  
Se connecter pour vérifier ses messages privés
     
 

 Bloc Note 
.
.


Invité ! Vote pour l'Ecole Totem ! Sans tes votes, ton forum ne se fera pas connaître !
Alors ! Vote le plus souvent possible !


..........
..........
..........


VISITEUR ! Tu peux venir donner ton avis dans le forum Hors Jeu...
Faites place à... MOI !

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'Ecole Totem Index du Forum -> Archives -> Archives -> Arrivées
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Marc-Antoine de la C.
Louveteau

Hors ligne

Inscrit le: 03 Sep 2009
Messages: 7
Rôle: première année
FICHE: URL
Sexe: Masculin
Age: 11 ans
Tanière du Loup
Niveau:

MessagePosté le: Dim 6 Sep - 20:45 (2009)    Sujet du message: Faites place à... MOI ! Répondre en citant

La porte de l'entrée de l'école Totem grinça une fois de plus dans le silence du matin. Pourquoi si tôt ? C'est aussi ce que ce demandait en grognant la fine silhouette qui fit un pas dans la pièce. Pour être exact, cette personne en voulait beaucoup à son père. Quelle idée aussi de prendre un billet de train pour un trajet si tôt dans la journée !? A cause de ça, il avait dû interrompre sa grasse matinée et il n'avait même pas eu son petit déjeuner. On interrompt pas le sommeil de Sa Majesté de la Chevillère d'une façon aussi barbare qu'une chanson ! Maintenant, il était de mauvaise humeur !
Il ? Marc-Antoine bien sûr, Marc-Antoine de la Chevillère. Tout le monde sait ça, rien que le fait de poser la question est un grave manquement à la politesse !

Le jeune noble fit donc ses premiers pas dans l'entrée. Son père l'avait abandonné à la porte, sans même un domestique pour porter sa valise. On ne le traitait pas ainsi d'habitude. Il jeta un regard hautain en arrière. Où était donc passée sa minuscule cousine ? Car il n'était pas seul ! Si il se retrouvait ici, c'était à cause de cette gamine qui entrait en même temps que lui dans une école de magie. Il n'avait pas cru qu'elle puisse avoir un quelconque don, mais il avait du se résoudre a admettre le contraire. Bref, ils s'étaient retrouvé la veille, chez lui, et avaient fait le voyage ensemble, avec son père à lui et sa père à elle. Pendant tout le voyage, elle avait tenu a lui faire le résumé des « exploits » de la princesse Féeria et il avait dû faire semblant de l'écouter pour ne pas s'attirer les foudres de son oncle. Il se désintéressa de l'absence de la petite princesse pour s'occuper de l'important : lui-même.

Il respira une petite bouffée d'air et se mit à tousser, avant de sortir un mouchoir de dentelle de sa poche pour se couvrir la bouche. « Mais qu'est-ce que c'est que cet air irrespirable ? C'est inadmissible ! Moi, jusqu'ici, j'ai toujours eu un air filtré partout où j'allais ! »
Puis, il jeta un œil autour de lui et fit une grimace dégoutée. L'intérieur de ce taudis était miteux. Pourquoi son père ne l'avait-il pas envoyé dans une école de nobles de son rang ? Ici, comment allait-il survivre, lui, petite chose délicate, dans ce monde remplit d'horreurs ? Des insectes volaient par endroit, le papier peint était a moitié moisit, poisseux, déchiré. Il se dépêcha d'avancer encore, pour s'éloigner du mur miteux qui était derrière lui. La porte se referma avec un claquement sec.

Il tira péniblement sa valise sur le sol et la laissa glisser brusquement. Il regarda sa main : elle était rouge, une trace de feu laissée par la poignée de son bagage la barrait de droite à gauche. Il laissa échapper une exclamation de surprise qui se transforma rapidement en un grondement de colère : et voilà ! A cause de la négligence et du manque de personnel dans cet endroit, sa personne était blessée ! Il avisa quelqu'un derrière un grand comptoir au fond de la pièce, et se dirigea à grands pas conquérants vers lui. Il s'arrêta devant le meuble et s'exclama : « Eh, vous, soignez moi ! Vous êtes domestique non ? Je suis Marc-Antoine de la Chevillère, moi, je suis noble ! »

C'est seulement après qu'il se rendit compte que la personne en question était un nain, un tout petit nain, qui était assis sur un tabouret au moins aussi haut que lui. Il étouffa un ricanement, mais son expression en disait beaucoup sur sa pensée. Il bomba le torse pour paraître plus grand. Les choses commençaient bien, il dominait. Il posa un regard d'une grande insolence sur l'être minuscule, en tendant la main, en attente de soins.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 6 Sep - 20:45 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Toan Esperia
Louveteau

Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2009
Messages: 4
Rôle: Première année
FICHE: URL
Sexe: Féminin
Age: 11 ans
Tanière du Loup
Niveau:

MessagePosté le: Mar 8 Sep - 19:59 (2009)    Sujet du message: Faites place à... MOI ! Répondre en citant

Et qui avait-il derrière Marc-Antoine ? Un machin rose à dentelles qui trainait une valise presque aussi grande que lui mais qui gardait le sourire comme s'il s'agissait de la plus belle chose qui lui est été donné de faire dans sa vie. Vous l'aurez compris, c'était Toan. La petite fille rayonnait la joie : enfin, elle allait entrer dans cette Ecole Totem ! Enfin, elle pourrait voir du monde, faire de nouvelles rencontres et apprendre la magie, comme la Princesse Féeria ! Alors c'était avec un sourire grand comme ça qu'elle s'arc-boutait pour réussir à trainer sa valise violet vif à paillettes où étaient collés une multitude de petits dessins de licornes et d'arc en ciel.

Valise qu'elle ne trainait que d'une main, soit dit en passant; l'autre était réservée à quelque chose de nettement plus important que ses affaires. Cette chose, c'était son fameux Doudou bien sûr, le très cher M. Clopy, le pourquoi de sa venue dans cette Ecole si loin de son domicile. Vous me direz, emmenez son Doudou au même titre que sa valise, tout de même... Mais il faut savoir que la petite Toan emmenait M.Clopy absolument partout ! A l'école, dans les toilettes, dans les Parcs d'Attraction, au théâtre, durant ses cours de danse et les nombreux voyages en dehors du Pays qu'elle a bien put faire. L'état de la pauvre peluche en pâtit cruellement... Impossible de reconnaître sa couleur d'origine, ni l'animal qu'il est censé représenter. Mais il compte toujours autant aux yeux de la petite. Donc oui, M. Clopy prit le train dans ses bras et il entrerait dans l'Ecole Totem en même temps qu'elle ! Et gard à celui qui trouverait quelque chose à redire !

Sinon, sinon... A quoi ressemblait la petite Toan ? Comme dit plus haut, la qualification de machin rose aux babillages incessant ne lui convient que trop bien. Commencons par ses vêtements : une robe rose pâle à dentelles, un peu à l'ancienne et puis un gilet gris pailleté sur ses épaules pour ne pas qu'elle attrape froid dans la fraicheur du petit matin - M. Clopy aussi avait un petit pull de poupée, soit dit en passant -, ses cheveux blonds tombaient sur ses épaules mais elle arborait tout de même un cerre tête ornée d'un papillon rose en plastique sur la tête. Et elle parlait aussi, elle parlait tout le temps tout en gardant un sourire digne d'une publicité pour dentifrice, au grand desespoir de son cousin.

- Oh ! Qu'il fait beau aujourd'hui ! Que le temps est frais ! Tu as vu ce Nuage ? On dirait le fidel destrier de la Princesse Féeria; c'est une jument auburn, même qu'elle s'appelle Aliera et qu'elle a des ailes ! Et que moi j'ai l'épisode où elle apparait pour la première fois ! Et je l'ai en figurine aussi ! J'ai eut beaucoup de peine à l'avoir tu sais, et j'étais la seule de mon école à avoir la figurine d'Aliera enfant avec les paillettes qui apparaissent sous l'eau chaude ! N'est-ce pas qu'il lui ressemble ce nuage ? Et maintenant...Oh ! Regarde celui là ! On dirait le Papillon apprivoisé de la Princesse Féeria ! Lui c'est Peti... Eh ! Marc Antoine ? Marc Antoine ! Tu m'écoutes ?-

Je vous laisse imaginer la suite de ses monologues. Non, elle ne comprenait pas pourquoi son très cher cousin ne participait pas à ses conversations. Elle l'aimait Marc Antoine, il était un peu bizarre, mais elle l'aimait bien. Et elle lui avait déjà raconté la quasi totalité de la saison 1 des "Aventures de la Princesse Féeria". Pour l'heure, il l'ignorait mais c'est à peine si elle s'en rendait compte. Elle était heureuse ! Et évidemment, elle souhaitais transmettre toute sa joie à son cousin. C'était pas gagné... Mais...Eh ! Pourquoi il accelerait le pas ? Qu'est-ce qui lui prenait ? - Marc Antoine ! Eh, attends moi ! Marc Antoine ! - Partit...Loin devant et la petite fille n'avait pas envie de se casser la voix à essayer de l'interpeler. Peut être qu'il avait vu quelque chose, oui, c'était sûrement ça. Qu'est-ce que c'était ? Curieuse, la Petite Princesse essaya elle aussi de forcer l'allure. * Ah ! Si seulement ma valise pesait un peu moins lourd...Personne pour porter mes bagages, fichtre ! Et puis je n'ai même pas prit tout mes jouets...Pourquoi ça pèse aussi lourd ce machin ! * Il aurait fallut qu'elle traine sa valise à deux mains, mais il était impossible pour elle de lacher M. Clopy ! Donc elle continuait à avancer péniblement, en mettant beaucoup plus de temps que son cousin.

Enfin, elle arriva devant ce qui lui semblait être le lieu désigné. Elle resta quelques instants immobile devant la "porte". C'était ça ? Elle devait vraiment entrer, là dedans ? Son air mi-interrogateur, mi-dégouté laissa soudain place à un éclair d'illumination ! * C'est comme "Princesse Féeria et l'Antre des Secrets", quand elle entre dans une grotte prête à s'écrouler mais qu'en fait, c'est l'entrée du Paradis de Fany la Licorne !* Et fière de cette découverte, elle passa -non sans crainte- l'entrée de la porte de l'école Totem. Là sa première pensée fut * Waouw, qu'est-ce que c'est........euh...simple...* Qu'est-ce que c'était que ça ? Où était le lustre au plafond, le parterre doré et les petites fées qui étaient censé leur souhaiter la bienvenue en leur amenant des verres de jus d'orange ? Marc Antoine aussi était là. Toan laissa son interrogation de côté pour parler à nouveau à son cousin.

- Marc Antoine ! Tu es là ! Tu aurais put m'attendre quand même tu sais ! Papa t'avais dit de ne pas me laisser toute seule, c'est pas bien ce que tu as fait. Tu sais, à ta place, le Prince de la Princesse Féeria ce qu'il aurait fait ? Et bein il aur....-
Et tout en parlant ainsi, la petite fille examinait son environnement. Là, elle découvrit la personne avec laquelle son cousin devait être en train de parler avant qu'elle ne l'interrompt. Sa bouche forma un O de surprise alors qu'elle constatait la taille de celui qui était derrière le comptoir. Et elle s'écria : - Oh ! Un nain ! - Puis faisant part à la première allusion qui lui vint à l'esprit, elle ajouta - Comme dans Blanche Neige ! - Un immense sourire s'accrocha à son visage et fit briller ses yeux ! Un des sept nains de Blanche Neige, comme dans son livre de contes ! Sourire qui disparut bien vite tandis qu'elle l'observait un peu mieux. Et pareillement, les commentaires durent franchir le cap de ses lèvres pour être dit à voix haute : - Mais...Qu'est-ce qu'il est petit ! - Et affichant un air un peu plus dégouté - Et qu'est-ce qu'il est moche ! -
Revenir en haut
Marguerite d'Eboreus
Louveteau

Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2008
Messages: 166
Rôle: Première année
Titre spécial: Préfète des Loups
FICHE: URL
Sexe: Féminin
Age: 12 ans
Tanière du Loup
Totem: Cygne blanc
Nom du Totem: Swam
Baguette: Bois de Hêtre et crin de licorne
Niveau:

MessagePosté le: Mer 9 Sep - 10:40 (2009)    Sujet du message: Faites place à... MOI ! Répondre en citant

Deux nouveaux louveteaux pour la meute. La toute nouvelle préfète avait été ravie d'apprendre cela. Elle s'était donc préparée avec soin et s'était rendue jusqu'à l'accueil. Effectivement, deux nouveaux s'entretenaient avec le nain. Marguerite ne pouvait interrompre le gardien des clés qui n'avait pas encore fini son travail. Elle s'adossa donc à la porte et attendit sagement que leur entretien soit terminé avant de s'avancer vers eux et de se proposer comme guide vers la Tanière.

Le garçon avait un air que Maggy se qualifia d'agréable, quelque chose de familier dans sa façon d'être, qui la mettait en confiance. Par contre, il avait aussi l'air très arrogant et cela lui plaisait un peu moins. La petite fille, elle avait l'air très sympathique... Elle avait un petit air de ressemblance avec Faust. Son coté généreux et enthousiaste probablement... Marguerite sourit tristement à cette pensée. Depuis quelques temps, le louveteau qui l'avait protégée à son arrivée se comportait bizarrement avec elle, comme si... comme s'il se forçait à être gentil. Marguerite chassa très vite cette pensée douloureuse en sentant les larmes lui piquer les yeux et tenta de se concentrer sur ce qu'il se passait à l'accueil.
_______________________

Eau, quand donc pleuvras-tu? quand tonneras-tu, foudre?
Revenir en haut
Emile Yardaire
Créature

Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2008
Messages: 158
Rôle: A l'accueil
Titre spécial: Gardien des clefs
FICHE: URL
Sexe: Masculin
Age: 82 ans

MessagePosté le: Mer 9 Sep - 18:45 (2009)    Sujet du message: Faites place à... MOI ! Répondre en citant

Emile était de bonne humeur.... si si ! Ça arrive ! Mais ça n'allait pas durer ce qui le mettrait forcément dans une humeur encore plus massacrante de savoir qu'on lui avait massacré sa bonne humeur... Logique...

Aujourd'hui était un grand jour ! La Volière d'Angoulême avait réouvert ses portes ! Il ne serait donc plus chargé du courrier des élèves. Juste celui de l'école et encore, son travail serait de le porter à la Volière et ça s'arrêterait là... Cet allègement de travail avait de quoi le rendre heureux. Le courrier, c'est ce qu'il aimait le moins... Après les élèves de l'école... Alors le courrier des élèves de l'école, hein ?

Et puis, la porte avait grincé, il avait relevé un sourcil et un oeil déjà moins enjoué en voyant un nouveau la passer. *Allons bon !*. Très vite, l'individu fut catalogué : Méprisant, orgueilleux et plaintif ! Et pour se plaindre, il était vraiment très fort ! L'air n'était pas assez bien pour lui. " - Peuh !" critiqua le nain dans son coin sentant sa bonne humeur le quitter pour longtemps.

Le garçon laissa sa valise et s'élança vers le nain et il lui parla d'un ton auquel le nain ne pouvait que s'attendre.

Marc-Antoine de la Chevillère a écrit:
« Eh, vous, soignez moi ! Vous êtes domestique non ? Je suis Marc-Antoine de la Chevillère, moi, je suis noble ! »


Mais même là, ce ne fut pas encore le paroxysme, non. Le gamin, du haut de ses onze ans adressa un regard que le nain calcula fort bien. Et cela le mit dans une colère fabuleuse ! Serrant les poings, il ne remarqua qu'à peine qu'une petite fille venait d'entrer à sa suite. Si le nain était devenu tout rouge sous l'effet de la présence du garçon, il pâlit brusquement sous les commentaires de sa cousine. Les gifles à répétition qu'il se prenait de la part de ces morveux eut un bon et un mauvais effet. Le bon, c'est que sous la surprise de tant d'insolence, il se calma d'un coup, abasourdit. Mais le mauvais c'est que très vite un sentiment rancunier remplaça la fureur.

Saisissant la main brusquement du jeune prétentieux de ses gros doigts aux ongles sales et à la peau tâchée de diverses substances, il lui dit d'une voix mieilleuse : " - Mais bien sûr votre grandeur... " Et là, sans crier gare, il cracha dans la main et serra les jeunes doigts pour qu'ils ne s'échappe pas le temps que d'un chiffon plein de graisses et probablement plus sale que Monsieur Clopy, il frotte énergiquement le crachat dans la paume abimée de Marc-Antoine.

Puis il lâcha le tout et rangea son chiffon. " - Bien, à présent... si vos grandeurs veulent bien passer aux choses sérieuses, le domestique MOCHE et PETIT va vous transmettre l'adresse de vos appartements respectifs. Alors ! Marc Antoine de la Cheville Gonflée a été accepté chez les loups ! Et vu ses dents longues on comprends pourquoi !"

" - Son Horreur doit poser sa valise, tout seul, comme un grand sur la plaque que Mlle piétine. Et s'il lui reste un demi neurone elle comprendra qu'il ne fait pas bon pour elle de continuer !"


" - Ensuite, voici une liste de fournitures à acheter !" continua t-il sans même marquer une seule pause dans son discours. Et puis soudain, prenant un ton carrément plus autoritaire, il ajouta : " - Allez ! Hop ! Exécution !"

" - Quant à vous, jeune fille, ... VOTRE NOM !... S'il vous plaît." hurla t-il en fixant d'un oeil mauvais la gamine qui se planquait derrière son cousin.
_______________________
- Bougrure de bougrure ! Jamais tranquille !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Marc-Antoine de la C.
Louveteau

Hors ligne

Inscrit le: 03 Sep 2009
Messages: 7
Rôle: première année
FICHE: URL
Sexe: Masculin
Age: 11 ans
Tanière du Loup
Niveau:

MessagePosté le: Mer 9 Sep - 21:04 (2009)    Sujet du message: Faites place à... MOI ! Répondre en citant

Le comportement de ce domestique fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase. Marc-Antoine en avait assez. En tant que Noble (la majuscule est importante), il estimait ne pas avoir à subir tout ce qu'il avait subit depuis ce matin : un réveil à l'aube, sa cousine si pénible -mais qu'il allait tout de même aider face à cette brute de nain-, l'état miteux de cette école, et maintenant, le petit bonhomme lui crachait dans la main « en guise de soins ».

Marc-Antoine prit un air encore plus hautain et retira sa main. Il fouilla dans sa poche et en sortit une petite bouteille en plastique. Dessus, était étiqueté :
« Solution hydroalcoolique. » Il en versa une bonne dose dans ses mains et frotta énergiquement. Puis il recommença une deuxième fois. Tout en faisant cela, il faisait les commentaires de sa pensée à haute voix : "Et voilà. Vous voyez que j'ai bien fait de prendre cette lotion. Car MOI, je suis prévoyant. Je sais qu'il ne faut pas s'attendre à rencontrer des gens civilisés partout où on va.... N'est-ce pas cousine ? Enfin, tout de même, quel manque de respect envers ma personne de la part de ce serviteur ! Je suis indigné. Si je décidais ici, ce qui serait d'ailleurs une bonne chose, il serait fouetté pour son insolence."
Il hésita un instant avant de mettre une troisième fois de sa mixture -on ne sait jamais ce qu'il pouvait avoir essuyé ce stupide chiffon..... Il observa ensuite avec attention sa main, comme pour voir si des microbes ne se déplaçaient pas dessus. "Je demanderai à mon père de m'envoyer une paire de gants, pour ne plus avoir à subir ce genre d'affronts. Bien... où en-étais-je avant d'être..... sali ?"

Il se prépara à ranger le gel-merveille, mais juste avant il se ravisa. Il montra en l'agitant, le flacon au nain en disant : "Juste un conseil qui peut vous être précieux dans la vie mon pauvre : achetez vous ce genre de choses... Parce que je ne voudrais pas être déplaisant, mais vos mains sont encore plus sales que votre caractère....."  Puis il releva le menton et ajouta : " Je dis ça pour vous, hein... et un peu pour votre copine aussi...." . Pour lui-même, il compléta à voix basse en lui tournant le dos : "...pour un peu que vous en aillez une.... ce qui m'étonnerai. "

Il jeta un œil sur Toan qui ressemblait à une perle dans du fumier. En rose princesse dans cet immeuble délabré. Il étouffa un ricanement qu'il sentait poindre et retrouva son air princier. Il allait passer à la dose au-dessus si cet immonde nain crasseux ne voulait pas lui obéir. De quel droit avait-il craché sur un De la Chevillère ? Son père aurait un rapport sur cet incident majeur, et pas plus tard que demain. Mais pour le moment, il voulait s'installer. Dans un bon lit, si possible. Et finir sa nuit. Oui, c'était urgent. Et soudain, il repensa au nom que lui avait donné le sale nain. "  Cheville Gonflée ? " Où avait-il vu qu'on pouvait dire ça à quelqu'un de son rang ? Il se retourna vers son interlocuteur :  "Ah, et au cas où vos oreilles seraient bouchées par la crasse, mon nom, c'est De la Chevillère. CHE-VI-LLIERE. Pas la peine de vous demandez le votre, je ne crois pas avoir besoin de connaître le nom des domestiques de ce lieu. Un numéro suffira. Comme vous êtes le premier, vous serez le numéro 1." 
Il s'approcha du comptoir et sortit un petit paquet opaque d'une autre poche. Il l'ouvrit et posa sur le meuble des petits bâtonnets de couleurs avec du coton au bout. " Ce sont des cotons-tiges. Vu ce que je viens d'entendre comme inepties, vous en avez bien besoin. Tenez, je vous laisse même la notice -il posa un papier plié à côté des bâtons -, comme ça vous apprendrez à vous en servir. »

Satisfait de son petit tour, il tourna le dos à l'impertinent et s'avança vers son bagage. Il resta pensif devant la grosse valise et sans se retourner, il demanda :   "Vous n'êtes toujours pas décidé à porter cette valise je suppose, numéro 1.... Bien. Ce manque de bonne volonté sera rapporté à mon père. Je me chargerait donc de ma valise. Et puis... maintenant que j'ai vu l'état de vos mains..... je crois que je ne voudrais pas qu'elles touchent quoi que ce soit qui m'appartient. " Il souleva donc ce poids lourd et le porta sur la plaque indiquée par le gardien, à côté de sa cousine Toan. Il bouscula un peu celle-ci pour la faire bouger.
Puis il demanda :
 "Et maintenant, numéro 1, je voudrais que vous me conduisiez jusqu'à mes appartements. J'espère qu'il s'agit au moins d'une chambre pour moi seul. Je ne supporterai pas de partager mon intimité avec qui que ce soit....." 
Et pour bien enfoncer le clou, il ajouta la cerise au gâteau : " Dernière chose : si vous allez acheter une lotion nettoyante, pensez à prendre une brosse à dent et du dentifrice en même temps. Parce-que MOI, j'ai peut-être des dents un peu longues -et encore, pas tant que ça-, mais au moins, elles sont blanches et j'ai une bonne haleine. Vous par contre......"  Il laissa sa phrase en suspens, comme pour que le nain puisse avoir le temps d'y réfléchir.
Revenir en haut
Toan Esperia
Louveteau

Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2009
Messages: 4
Rôle: Première année
FICHE: URL
Sexe: Féminin
Age: 11 ans
Tanière du Loup
Niveau:

MessagePosté le: Sam 12 Sep - 18:19 (2009)    Sujet du message: Faites place à... MOI ! Répondre en citant

Toan regardait avec deux grands yeux brillants d’admiration la petite créature se lever et observer avec un plus d’attention Marc Antoine. Oh, bien sûr, la petite fille n’avait guère noté l’air ahuri de celui-ci qui laissait apparemment place à une colère contenue. Non, elle ne voyait qu’une toute petite chose d’aspect humanoïde qui, certes pas aussi beau que la Princesse Féeria, méritait autant d’intérêt pour le moment. Un nain ! Pour de vrai ! Et ça bougeait, et ça parlait aussi ! Alors oui, la bouche encore grande ouverte, la toute petite fille regardait avec de grands yeux ronds comme des perles le Gardien des Clefs de l’Ecole Totem se lever.

Il s’approcha de Marc Antoine, et, juste derrière son cousin, la fillette put observer les ongles sales et les mains tâchées de divers substance s’emparer de celle d’une blancheur de lait de Marc Antoine avec une phrase dîtes d’un ton qu’elle ne qualifia pas de mielleux mais d’aimable. Après tout, ce nain se proposait d’aider son cousin, non ? Pourquoi aurait-il été sarcastique ? Son sourire rayonnant toujours affiché sur ses lèvres, Toan attendait la suite des événements. Qu’est-ce que Marc avait bien pu demander au nain ? Elle l’ignorait, étant arrivée quelques minutes à sa suite. Peut être s’était-il blessé ? Elle réfléchissait à la question alors que la petite créature cracha sans crier gare, sur la paume de son cousin. Là, la fillette poussa un petit crit de stupeur et s’éloigna brusquement, contemplant d’un air horrifié l’horrible chiffon qui éparpillait maintenant la salive du nain dans la main du pauvre Marc. Ah ! Mon dieu ! Et c’était dans cette école qu’on l’avait envoyée ? Non, non et non ! Elle ne voulait pas de cette horrible petite chose qui crachait sur les gens ! Alala, il allait falloir qu’elle dise à son père de renvoyer cet ignoble machin qui était désormais indigne de son intérêt. Tout en pensant cela, la petite avait fermé les yeux comme si elle assistait à une scène particulièrement sanglante et serrait M. Clopy contre sa poitrine. Oui, au moins, M. Clopy était là pour la protéger – soit dit en passant, il n’était guère beaucoup plus propre que le fameux chiffon et tellement imbibé de salive à cause de ses mâchouillages incessants qu’il y avait à l’intérieur, l’équivalant de bien plus d’un crachat…..- .

Toan constata que Marc Antoine, lui, ne perdit pas son calme et trouva rapidement la solution hydroalcolique qui ne le quittait jamais. La blondinette regardait le flacon transparent avec fascination. Depuis qu’elle connaissait Marc Antoine, elle l’avait toujours vu avec ce flacon, et comme il ne voulait pas qu’elle y touche… Pourtant elle avait déjà fait plusieurs caprices pour elle aussi se laver les mains avec le fameux flacon. Mais rien ni faisait, son cousin était inflexible. Pour l’heure, elle observait la fameuse solution les yeux brillants de convoitise, se demandant s’il y avait une possibilité pour qu’elle puisse le lui prendre à un moment ou un autre de la journée. Inutile de vous préciser que toutes les insolences de Marc Antoine à cet instant précis lui passait par-dessus là tête, ses prunelles rivées sur le fameux flacon, les jérémiades de son cousin lui passait par-dessus la tête, le nain aussi d’ailleurs.

Nain qui ne tarda pas à reprendre la parole, d’un ton des plus sarcastiques. Là, la petite fille saisit bel et bien une note de méchanceté dans sa voix et une lueur d’incompréhension apparut au milieu de ses pupilles. La petite chose avait particulièrement accentué les mots moches et petits. Quoique cela n’éclaira pas davantage l’esprit de la fillette. Au contraire, ses pensées dérivaient plutôt sur quelque chose du genre « Ah, alors lui aussi il reconnait qu’il est moche et petit ! ». Et il ajouta qu’il allait leur donner l’adresse de leurs appartements. Donc ils allaient avoir des appartements respectifs ! Et individuels comme le prévoyait Marc Antoine ! Quel soulagement ! Quoique….à bien y penser, si toute cette école était aussi miteuse et peu rassurante… Toute seule…Dans le noir… Elle n’eut pas le temps de s’attarder sur le sujet que déjà le nain annonçait la Maison de Marc Antoine. Là, pour la première fois, la blondinette s’adressa directement au nain.

-Mais pourquoi vous l’avez envoyez chez les Loups Monsieur le Nain ? Et puis, Marc Antoine, lui, il a pas de grandes dents vous savez ! Même que son père m’a dit qu’avant elles étaient toutes biscornues et qu’il avait du utiliser un sortillège pour être droites comme maintenant ! Heureusement, hein, qu’il a utilisé un sortillège ! Vous imaginez Monsieur le Nain ? Dîtes, je peux vous appeler Monsieur le Nain ? Ou alors vous avez un nom ? Parce que Numéro 1 ça fait pas très joli quand même…

Et puis il ajouta que si elle avait encore un demi-neurone, elle comprendrait qu’il faudrait qu’elle se pousse de la fameuse plaque. Toan baissa les yeux pour essayer de la discerner et son cousin en profita pour la bousculer sans ménagement. Sa valise était alors restée sur la plaque à côté de celle d’Emma. La petite fille quand à elle avait reposé son regard brun sur le nain et demanda, l’air soucieux.

-Monsieur ? Ca veux dire quoi un neurone ? -

Et leur avait tendu une liste dites de fournitures et sans même leur laisser le temps de la déplier, il avait ajouté d’un ton bien plus autoritaire. La petite fille regardait la petite chose sans vraiment comprendre pourquoi celle-ci se mettait en colère. Et quand celle-ci commença à lui crier dessus, ce fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase. Ses grands yeux bruns commencèrent se remplirent de larmes et la petite fille demanda d’un ton larmoyant – qui était surtout particulièrement pathétique- sur le point de se mettre à pleurer –surtout à faire beaucoup de bruit dans un temps record et énerver le monde au possible- pour de bon.

-Mais ….Pou…pourquoi vous me criez de dessus comme ça… ? – Et se souvenant de la question de ce dernier et jugeant bon de ne pas lui désobéir – Toan…Toan Esperia…-

C’est alors que ses yeux embués se posèrent sur la silhouette adossée au mur d’en face. Une jeune fille un peu plus grande qu’elle. Etait-ce une élève de cette école ? Pourquoi ne venait-elle pas intervenir ? Elle regardait désormais fixement la jeune Marguerite dont elle ne connaissait pas encore le nom, se demandant qui pouvait bien être cette enfant aux cheveux blond qui regardait la scène de loin.
Revenir en haut
Marguerite d'Eboreus
Louveteau

Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2008
Messages: 166
Rôle: Première année
Titre spécial: Préfète des Loups
FICHE: URL
Sexe: Féminin
Age: 12 ans
Tanière du Loup
Totem: Cygne blanc
Nom du Totem: Swam
Baguette: Bois de Hêtre et crin de licorne
Niveau:

MessagePosté le: Sam 12 Sep - 22:09 (2009)    Sujet du message: Faites place à... MOI ! Répondre en citant

Marguerite attendait sagement de pouvoir recevoir comme il se devait les deux nouveaux louveteaux. Elle se souvenait que le nom de De La Chevillère avait été évoqué chez elle. Mais elle ne s'était jamais beaucoup intéressée aux amis et fréquentations de ses parents. Elle aurait été bien incapable de dire quoi que ce soit de plus. Marc Antoine présentait si bien. Elle reconnaissait les marques d'une éducation comme la sienne.

La petite fille qui l'accompagnait avait l'air d'une petite princesse. Emile ne se montrait pas plus aimable que d'habitude, mais elle dut reconnaître que les deux louveteaux avaient la bonne manière pour l'énerver plus vite. Elle étouffa un rire quand le garçon tendit sa main au nain. En revanche, elle gouta fort peu la plaisanterie du nain et se détourna de dégout.

Quand elle se retourna de nouveau, choquée, elle regarda la scène qui s'ensuivit sans oser intervenir. Mais il était sûr qu'Emile ne se laisserait pas faire. Elle craignit le pire pour les deux nouveaux et chercha le courage de s'avancer sans y parvenir, croisant le regard de Toan. Il lui fallut encore quelques secondes.

Enfin, elle fit un premier pas et la voix enraillée par l'émotion, elle articula : " - Bonjour, Mon...Monsieur Yardaire... Je... Je suis venue... euh... accueillir ces... ces nouveaux... " Et les mains croisées devant sa robe, très pâle, elle se garda bien de regarder le nain dans les yeux. Il était tellement impressionnant... Et surtout, il avait craché dans la main du jeune homme ! Ses doigts se tortillèrent les uns dans les autres. Elle ne voulait surtout pas le contrarier et partir d'ici rapidement.
_______________________

Eau, quand donc pleuvras-tu? quand tonneras-tu, foudre?
Revenir en haut
Emile Yardaire
Créature

Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2008
Messages: 158
Rôle: A l'accueil
Titre spécial: Gardien des clefs
FICHE: URL
Sexe: Masculin
Age: 82 ans

MessagePosté le: Sam 12 Sep - 22:47 (2009)    Sujet du message: Faites place à... MOI ! Répondre en citant

Emile était content de lui. Il regarda la main s'échapper vivement de la sienne et retint à grand mal un pouffement à voir le gamin se laver les mains encore, et encore. Il trouvait ça tordant, pourtant sur son visage seul un sourire cruel perçait pendant que Marc Antoine protestait des traitements subit. Emile le laissait parler.Pendant que le gamin s'escrimait à vouloir le rabaisser, la petite s'approcha à son tour et se mit à parler :

"-Mais pourquoi vous l’avez envoyez chez les Loups Monsieur le Nain ?"

" - Parce que !" répondit il en fixant le garçon encore et encore de son air méchant.

" - Et puis, Marc Antoine, lui, il a pas de grandes dents vous savez ! Même que son père m’a dit qu’avant elles étaient toutes biscornues... "

A cette nouvelle, sans quitter des yeux Marc Antoine, il ne put échapper un pouffement. Mais Émile ne fit pas attention à ce que la petite fille continua de dire, bien trop occupé à apprécier le spectacle du gamin qui pensait sérieusement l'intimider.

M.A. de la Chevillère a écrit:
"Vous n'êtes toujours pas décidé à porter cette valise je suppose, numéro 1..."


Très lentement et toujours aussi souriant, Emile fit un "non" catégorique de la tête, obligeant le gamin à obtempérer. Il suivit l'opération avec beaucoup de plaisir. La petite se mit alors à pleurnicher. Émile la fixa à son tour et lui répondit d'un ton très méchant : " - Parce que j'adore voir les bonbons sur pattes pleurnicher !" Et il attrapa le parchemin de la petite. " - Encore une louvette ! Et bin tu feras pas long feu, toi ! A te voir comme ça, ils ne feront qu'une bouchée de toi... hin hin hin..."dit il avec le même ton cruel. Marc Antoine finit par demander à être conduit à ses appartements :

M.A. de la Chevillère a écrit:
" - J'espère qu'il s'agit au moins d'une chambre pour moi seul."


" - Oh, mais certainement mon prince... " répondit Emile d'un ton plus que sirupeux gardant toujours son sourire méchant. " - Vous aurez ce que votre grandeur mérite. Pas plus, pas moins." ajouta t-il énigmatique en descendant de son tabouret pour actionner le levier de la catapulte à bagage. " - Allez ! toi aussi ! Mets tes bagages là !" s'impatienta t-il après Toan.

Et sans écouter les dernières recommandations hygiénique de Marc Antoine, dès que ceux de la louvette furent sur la plaque eux aussi, il déclencha le mécanisme qui envoya les bagages des cousins droit sur le plafond. Mais au lieu de s'y écraser et d'éclater en semant tout autour les affaires personnelles des jeunes louveteaux, le bagage disparut par enchantement sans le moindre dégât apparent.

C'est alors que la frêle préfète des loups se manifesta. " - Ouais, ouais !" lui râla t-il dessus. " - Une minute ! J'ai une dernière chose à rappeler à ces jeunes gens : Ici, Monsieur de la Cheville Gonflée, c'est MOI qui donne le fouet... " Et il lui fit un sourire plein de promesse les laissant aller avec Marguerite.
_______________________
- Bougrure de bougrure ! Jamais tranquille !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Marc-Antoine de la C.
Louveteau

Hors ligne

Inscrit le: 03 Sep 2009
Messages: 7
Rôle: première année
FICHE: URL
Sexe: Masculin
Age: 11 ans
Tanière du Loup
Niveau:

MessagePosté le: Dim 13 Sep - 11:59 (2009)    Sujet du message: Faites place à... MOI ! Répondre en citant

Marc-Antoine se fichait bien de tout ce que pouvait dire le nain grincheux à son égard. Surtout depuis l'apparition de la jeune fille, qui disait qu'elle venait les chercher. Elle semblait parfaite : un port tranquille mais fier, jolie, fragile. Elle lui faisait un peu penser à Toan en fait : quelqu'un de bien au milieu des autres. Il la regarda s'approcher et prendre la parole en bégayant. Elle semblait avoir très peur du gardien des Clés. Remarque, il comprenait pourquoi. Elle n'avait peut-être pas eu de lotion nettoyante sur elle.....

Il écouta distraitement ce que disait le nain, en particulier le fait que c'était lui qui donnait le fouet. Il se tourna vers l'affreux et lui tira la langue avant de répondre :
"Mais bien sûr numéro 1 ! Essayez donc de me faire quoi que ce soit et vous verrez ce que vous verrez....."
Puis, il alla en direction de la demoiselle sortie de nul part. Il lui fit un baise main, léger, en prenant bien soin de ne pas utiliser la main salie par le nain. Après tout, il avait remarqué comme une évidence le regard dégouté qu'elle avait posé sur le bonhomme et qui avait ensuite glissé sur sa main. Puis il la contempla avec plus d'attention. Elle était vraiment magnifique; cela faisait longtemps qu'il n'avait pas vu une telle beauté chez quelqu'un. Des cheveux d'un blond très pâle, des yeux bleus et un air angélique. "Wahoo....." Ce fut la première pensée qui lui vint.

Il se décida à lui adresser la parole, sur un ton doux :
"Mademoiselle... Je suis vraiment ravi de faire votre connaissance, et de faire partie de votre maison. Me permettez-vous de faire une supposition vous concernant ?" Il n'attendit pas la réponse, mais pour lui, il n'y avait qu'une seule possibilité. "Auriez-vous par hasard du sang noble dans les veines ? Car vous avez une attitude qui me le fait croire...."
Ce n'est qu'après qu'il remarqua les yeux humides de la jeune fille, ses longs cils mouillés. "Elle a pleuré ?" Il ne s'intéressait pas souvent à l'état d'âme des autres, mais ça lui arrivait parfois. Et maintenant faisait parti de ces rares moments. Il ne fit pas de commentaires, mais se jura de connaître la raison qui faisait pleurer cet être si fragile en apparence. Il se contenta de poser un regard impatient sur sa cousine, qui voulait sans doute dire qu'elle devait se dépêcher de venir. Il avait hâte de se retrouver seul avec la demoiselle en blanc.
Revenir en haut
Il était une fois


Hors ligne

Inscrit le: 15 Oct 2008
Messages: 40
Rôle: Narrateur

MessagePosté le: Mer 30 Déc - 20:36 (2009)    Sujet du message: Faites place à... MOI ! Répondre en citant

Les trois jeunes élèves s'apprêtaient donc à prendre le chemin de la salle à manger pour visiter l'Ecole quand Emile reçut un courrier par Hibou Express. Il s'empressa de rappeller les trois gamins. Apparemment, la place de Marc-Antoine et Toan à l'Ecole Totem n'était pas tout à fait admise...Papiers et autres formulaires que le nain ne prit pas le temps d'expliquer, trop heureux de mettre à la porte M. Moi Je et le Bonbon-sur-Pattes.
Quand à Marguerite, elle préféra ne pas s'attarder avec le nain grognon et rejoignit rapidement la Tanière, les yeux pleins de questions.

_______________________
...il y a fort longtemps, c'était hier...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:11 (2017)    Sujet du message: Faites place à... MOI !

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    L'Ecole Totem Index du Forum -> Archives -> Archives -> Arrivées Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
 
     
Original World of Warcraft Horde forum design by boo, 2004 - ez-life.net
World of Warcraft is a trademark and Blizzard Entertainment is a trademark or
registered trademark of Blizzard Entertainment in the U.S. and/or other countries. Thème arrangé par Saksakanta

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com